Pendant ces deux mois de confinement, vous avez prié chez vous, seul ou en famille. Beaucoup d’entre vous ont (re-)découvert que leur maison est un lieu d’Eglise, que la relation à Dieu ne se vit pas seulement le dimanche à la messe mais qu’elle se pratique et se célèbre aussi chez soi. C’est une grande richesse qu’il nous faut absolument conserver, même quand nous retrouverons le chemin des célébrations paroissiales !

 

 
Pour cela, voici deux propositions:

 

-continuer à vivre des temps de prière communautaire chez vous, en vous retrouvant à quelques voisins ou amis, dans la limite de 10 personnes comme le demandent les règles sanitaires. Ce sera une belle façon de préparer la Pentecôte!… et de commencer à « dévirtualiser » notre foi! En ce moi de Marie, vous pourrez prier ensemble le chapelet ou une dizaine de « Je Vous salue Marie », après avoir formulé des intentions de prière pour les autres, qu’ils soient proches ou loin de nous. Vous pourrez également vous réunir dans les mêmes conditions pour regarder la messe à la télévision ou sur internet.
 

-faire bénir votre « Eglise domestique ». Sans doute votre maison a-t-elle déjà été bénie dans les premiers jours où vous vous y êtes installés. Rien n’empêche de la bénir une 2e fois! En effet, il y a une coutume chrétienne qui consiste à bénir les maisons pendant le Temps pascal avec l’eau bénie à la veillée pascale. Fort de cet usage, je vous propose de « déconfiner » votre maison en venant bénir ce lieu devenu une « Eglise domestique ». Si vous êtes intéressés, contactez Don Ludovic (ludovicdeml@gmail.com).

 

Par ailleurs, comme nous l’avions annoncé au moment de la fête des Rameaux, vous trouverez à l’entrée des églises des rameaux bénis que vous pouvez emporter. Vous pouvez aussi demander que le prêtre vous l’apporte quand il viendra bénir votre maison « déconfinée ». Pour rappel : mettre des rameaux aux crucifix de la maison fait partie des « sacramentaux » de l’Église : ces gestes qui accompagnent la foi et nous y ouvrent. Les Rameaux de la Semaine Sainte nous rappelle la victoire du Christ, à travers sa Passion et sa Résurrection. Le bois de la croix n’est plus un arbre de mort, mais en surgit le vert rameau de la Vie.